Vous êtes dans : Accueil / Famille & Enfance / Enfance & éducation / Les CM2 et les 3e étudient ensemble la Shoah

Enfance & éducation

Les CM2 et les 3e étudient ensemble la Shoah

éducation -

Faire travailler des CM2 et des 3e sur un projet citoyen, c’est ce à quoi le collège André Malraux et les écoles élémentaires du réseau d’éducation prioritaire des Hauts d’Asnières se sont employés. La thématique choisie était la déportation.

Dans la grande salle du collège André Malraux, le silence est d’or pour écouter Rachel Jedinak. Et pourtant, ce mardi 14 mai, une bonne centaine d’enfants de tout juste dix ans sont réunis là, dans le cadre des liaisons CM2-6e organisées par le réseau d’éducation des Hauts d’Asnières. Ce dispositif, mis en place par l’Éducation nationale, permet aux élèves en dernière classe d’élémentaire des établissements Poincaré A et B et Descartes A et B de mieux se préparer à l’entrée dans le secondaire en travaillant sur un projet pédagogique avec les collégiens. 170 élèves sont ainsi concernés.

« Nous avons choisi la thématique de la citoyenneté, explique Loétitia Dupont, coordinatrice du réseau. Pour cela, nous avons travaillé pendant plusieurs mois sur la Shoah. Une vingtaine de 3e du collège ont participé au projet et ont encadré les CM2. La Seconde Guerre mondiale étant au programme des deux niveaux. »

 

La gifle qui sauve

Même si la voix de Rachel Jedinak n’a rien d’une voix de stentor, nul besoin de micro. Chaque élève écoute attentivement les propos de cette ancienne enfant juive qui a perdu 17 membres de sa famille, dont son père et sa mère, dans les camps de la mort. Elle raconte donc comment elle a échappé, tout comme sa grande soeur Louise, aux rafles opérées par le régime de Vichy.

Elle explique ses derniers instants avec sa mère, après leur arrestation et leur rassemblement au centre La Bellevilloise dans le 20e arrondissement.

« Ma mère avait compris que l’on ne partait pas simplement travailler en Allemagne comme on nous le disait, car on ne part pas travailler avec des enfants. Je ne voulais pas quitter ma mère, alors elle m’a giflée, parce que je ne voulais pas m’enfuir du centre avec ma grande soeur. La gifle m’a obligée à me détacher d’elle et je me suis enfuie. Bien plus tard, j’ai compris que l’unique gifle que j’avais reçue de la part de ma mère était un acte d’amour qui m’avait sauvé la vie. »

L’attention des élèves ne faiblit pas d’un iota et pourtant Rachel Jedinak parle depuis près de trois quart d’heure.

« Quand j’y pense, comment des gens ont pu faire cela ? », s’interroge Rania, élève de 3e qui a encadré ce projet pédagogique.

Ce travail est basé sur un  travail chronologique, la constitution d’une frise et la découverte de l’exposition itinérante de l’association Yad Layeled, spécialement conçue pour les CM2, qui évoque dix parcours d’enfants juifs pendant la guerre dont celui de Rachel Jedinak et Mireille Marachin, venue également témoigner au collège Malraux au mois d’avril dernier et interviewée par Radio Descartes.

Le récit sur cette enfance volée terminé, les questions des jeunes auditeurs fusent.

« Avez-vous peur que cela se reproduise ? » Calme, Rachel répond. « Si nous venons vous voir, c’est pour vous mettre en garde face à des choses qui peuvent recommencer comme ce fut le cas récemment au Rwanda ou dans l’ex-Yougoslavie. Au-delà de nos religions, nous sommes pareils. Nous sommes tous des enfants de la France. »

Le jeune auditoire applaudit. Le message citoyen est passé et les futurs 6e ont découvert leur futur collège.

Sur Internet

Rachel Jedinak fut scolarisée dans l’école de la rue Tlemcen du XXe arrondissement de Paris dont 167 enfants juifs furent déportés. Elle fut l’une des premières adhérentes du comité Tlemcen créé en 1997 dont la raison d’être est d’entretenir la mémoire des enfants juifs déportés.

Elle occupe sa retraite à témoigner dans les écoles et devant différents auditoires. Son récit est disponible sur le web à l’adresse suivante :
www.comitetlemcen.com/Rachel.html

Haut de page

Mairie d’Asnières-sur-Seine
Hôtel de Ville - BP 20217
92600 Asnières-sur-Seine
Tél : 01 41 11 12 13


Vidéo
Citéo © Inovagora