Transports

Les gares asniéroises confirmées

Grand Paris -

Un moment remis en cause pour des incertitudes sur son financement, le Grand Paris Express, métro automatique de 200 km et 72 stations, sera construit dans sa totalité et traversera Asnières.

On en sait un peu plus sur le futur Grand Paris Express. Dès l’automne dernier, différentes sources faisaient état d’un sérieux problème de financement de ce système de transport en commun, né de la fusion de deux projets, l’Arc Express soutenu par le Conseil régional d’Île-de-France qui prévoyait de construire un métro de rocade et le métro du Grand Paris, idée du précédent gouvernement qui prévoyait de construire un métro automatique de grande capacité qui relierait les grands pôles de développement franciliens. La sagesse, bonne conseillère, a permis la fusion des deux projets.

S’en est suivie une intense campagne de lobbying pour définir le tracé et surtout localiser les futures gares. Le travail commun des villes de la boucle nord de la Seine, Asnières, Bois-Colombes et Gennevilliers avait permis de « décrocher » l’implantation de quatre stations en connexion avec le réseau ferroviaire ou la ligne 13 aux Grésillons, aux Agnettes, à la gare de Bois- Colombes et à la gare de Bécon - les - Bruyères.

« La ville d’Asnières est la commune qui sera la mieux dotée d’Île-de-France avec quatre stations situées sur ou à proximité de notre territoire », avait indiqué à l’époque Sébastien Pietrasanta, maire d’Asnières.

Un surcoût de 9 milliards

Lors de la présentation de ce projet en 2011, le précédent gouvernement avait annoncé un coût évalué à 20,5 milliards d’euros pour une réalisation complète à l’horizon 2025. Pour tenir ce calendrier, les travaux auraient dû démarrer cette année. Le 1er septembre dernier, devant les incertitudes financières et le retard déjà pris sur le calendrier initial, le nouveau Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a décidé de confier à Pascal Auzannet, un ancien dirigeant de la RATP, une évaluation des coûts du projet et « des propositions pour un calendrier de réalisation réaliste techniquement et finançable ».

Rendu à Cécile Duflot, ministre de l’Égalité des territoires et du logement, le 13 décembre dernier, ce document a réévalué l’ensemble du projet à 29 milliards d’euros aux conditions économiques de 2012. Un chiffrage qui pouvait laisser craindre une remise en cause du projet, faute d’un financement suffisant ou un séquencement de la construction des lignes de ce projet.

Le 6 mars dernier, le Premier ministre a tranché en annonçant que l’État conservait le projet en l’état avec cependant des aménagements de capacité sur certains tronçons pour économiser quelques milliards.

« La bonne nouvelle, c’est qu’Asnières conserve ses quatre gares et sera ainsi toujours la commune de banlieue la mieux desservie d’Île-de-France », explique Sébastien Pietrasanta.

 

Calendrier à préciser

Jean-Marc Ayrault a fixé un nouveau calendrier, qualifié de « plus réaliste », en fonction de la situation économique actuelle. Le début des travaux est prévu pour 2015. Ce qui porte à 2027 la mise en ser vice du tronçon qui reliera La Défense à Pleyel, via Asnières.

« Nous ne pouvons nous satisfaire de ce calendrier, précise Sébastien Pietrasanta. Tout comme nous avions obtenu nos quatre gares par une action conjointe des villes de la boucle nord, avec mes collègues maires, nous avons déjà écrit au Premier ministre pour obtenir une entrevue afin d’accélérer ce calendrier pour notre secteur. »

Un secteur sur lequel est prévu un certain nombre de projets d’implantation d’immobilier d’entreprises et de construction d’habitations dans le cadre précisément du contrat territorial de développement de la boucle nord, acté dans le Grand Paris.

Ligne 14, début des travaux en 2014

Un projet qui avance ! Pour désaturer la ligne 13, Le Syndicat des Transports d’Île-de-France a prévu un allongement de la ligne 14 entre Saint-Lazare et Mairie de Saint-Ouen avec une première connexion au Transilien à Pont Cardinet et une deuxième connexion avec la branche ouest de la ligne 13 et le RER C à hauteur de la porte de Clichy. Le 9 octobre 2012, ce projet a été déclaré d’utilité publique. Inscrit dans le schéma de transport du Grand Paris, les travaux débuteront en 2014 pour une mise en service en 2017.

Powered by eZ Publish™ CMS Open Source Web Content Management. Copyright © 1999-2010 eZ Systems AS (except where otherwise noted). All rights reserved.