Solidarités

De la vie dans les quartiers

Jeunesse -

Collecte de vêtements, micro-trottoirs, chantiers solidaires, pour cer tains, les vacances de février n’ont pas rimé avec farniente. Retour sur deux de ces actions mises en place par la direction de la vie des quar tiers.

Il y a de l’agitation au 20 rue du 18 juin 1940, dans l’appartement de Marie-Agnès Champion, ce jeudi 7 mars. Une équipe de peintres a envahi une pièce de l’appartement. Mais pas n’importe quels peintres. Il s’agit de trois jeunes fréquentant la maison de quartier Poincaré : Salma, Hamdaa et Hdnan, âgés de 13 à 15 ans.

Tous trois ont répondu présents lorsque la structure leur a proposé, pendant les vacances, de refaire une pièce chez un particulier.

 

« C’est tout simplement de l’entraide, affirme Hamdaa entre la pose de deux lés de tapisserie. C’est important de pouvoir aider ceux qui en ont besoin comme les personnes âgées. »

Déjà mis en place lors des vacances de Toussaint, ces chantiers solidaires sont coordonnés par l’Apes (Association pour les équipements sociaux) en lien avec la direction de la vie des quartiers de la ville.

« Nous travaillons avec des bailleurs sociaux comme France Habitation ou l’Ogif sur la question du développement social urbain, détaille Hélène Baril, chargée du développement social urbain au sein de l’association. Les gardiens sont pour nous de bons relais pour savoir qui pourrait être intéressé par ces opérations. Ensuite nous payons un intervenant technique pour encadrer ces jeunes. »

Pour ce chantier, le professionnel qui encadre ces peintres en herbe s’appelle Michel. Il participe depuis deux ans à ce type de chantier.

« C’est intéressant de pouvoir leur transmettre mes connaissances. Et puis je suis aussi là pour leur apprendre la patience », confie-t-il.

Intergénération

Pose de papier peint, peinture, les tâches sont variées et l’entrain ne faiblit pas.

« Au total, huit jeunes auront participé à ce chantier qui s’est étalé sur trois jours, note Jonathan Chimier, responsable animations à la maison de quartier Poincaré. C’est un projet qui est amené à être reconduit. »

Dans la pièce d’à côté, Marie-Agnès Champion ne revient toujours pas de la proposition qu’on lui a faite de refaire son salon gratuitement.

« C’est le gardien qui m’a parlé de ce projet, se souvient-t-elle. Je me suis demandé si j’avais bien compris mais ensuite lorsque j’ai rencontré les personnes de l’association j’ai vu que c’était bien réel, confie-t-elle  »

Pour elle cette expérience n’a que des effets positifs.

« Et en plus ces petits jeunes sont aimables », lâche dans un sourire l’octogénaire.

Pas besoin de convaincre les participants sur l’utilité d’une telle opération. Ils sont déjà bien sensibilisés à la question.

« J’ai participé à plusieurs débats avec des personnes âgées, raconte Hamdaa. Je crois qu’ils ont des choses à nous apporter et nous pareil. »

L’intergénération n’est donc pas seulement un concept mais bien une réalité sur le terrain.

Powered by eZ Publish™ CMS Open Source Web Content Management. Copyright © 1999-2010 eZ Systems AS (except where otherwise noted). All rights reserved.